user_mobilelogo

De quoi Blair est-il le nom ?

D’un groupe de quatre gens, qui jouent des trucs compliqués, anarchiques et mélodieux, comme une joyeuse dictature ratée. En français plutôt, un peu pop, un peu chanson, voire un peu prog. Sur des thèmes qui vont de l’immobilier à l’auto-apitoiement, en passant par la choucroute et la collaboration comme allégorie de l’âge adulte. En fil rouge, le sentiment commun et radical de l’inadaptation. Et un programme : le centrisme intégral.

 

 

Un groupe dans lequel il y a :

Blair proprement dit (guitare, piano, voix, dépression),

Jean-François Domingues (guitare, basse, voix, ordre),

Etienne Gaillochet (batterie, voix, progrès)

et Emmanuel Reveneau (basse, guitare, voix, libertarianisme).

 

 

Au compteur, un vieil album en passe de ressortir (Les Choses ne sont pas bien, avec le tube galactique Pomme de Terre), un album plus récent (La Pantomime des Bouffons, avec pas de tube du tout), et un album prêt à sortir (Contes centristes de l’éternel déclin, avec que des tubes).

 

 

Au programme, un spectacle qui se structure, après une résidence à La Grange Aux Loups.

Et beaucoup de phrases sans verbe dans la principale, aussi. Symbole de l’absence d’un Dieu agissant. Mais on n’a pas de preuves.

On a fait une photo Boys Band avec des coquelicots et une Carlsberg.

Bisous.

 

Blair

On the road again
This slideshow uses a JQuery script adapted from Pixedelic
This is a bridge
This bridge is very long

Prochaines Dates

Concert : samedi 8 septembre à La Générale à Paris

Parlez-nous

Clic et hop.